Hello !

Welcome to your alumni network

Interview alumni : Victor Fenocchio, acheteur immobilier

4/13/2021
ESAP
Interview alumni : Victor Fenocchio, acheteur immobilier

Victor a toujours été attiré par le commerce. Alors après un BTS gestion de la PME, il décide de choisir les achats pour son côté polyvalent. C’est auprès de l’ESAP qu’il trouvera une formation professionnalisante lui permettant de mettre en pratique son expertise fraîchement acquise.

Un parcours classique mais professionnalisant

Après son baccalauréat, Victor s'inscrit en BTS. Il voulait être rapidement plongé dans le monde du travail. Lors d’un cours, il rencontre un professionnel qui  évoque notamment le rôle des achats en tant que fonction stratégique dans l’entreprise. Une graine est plantée.

Son attrait pour les achats se confirme lors d’une réunion portes ouvertes à l’IUT de Montpellier. ll décide de poursuivre avec une licence professionnelle en gestion des achats spécialisée dans le secteur public qu’il réalisera en alternance auprès du département de la Gironde. 

Après son expérience des marchés publics, il ne veut pas s’arrêter en si bon chemin. C’est à ce moment qu’il croise la route de l’ESAP et intègre le titre professionnel de Niveau 6 (anciennement Master 1) “Acheteur Leader” puis le titre professionnel de Niveau 7 (anciennement Master 2) “Manager des achats internationaux”.  Deux années qu’il réalisera en alternance auprès de LCL, entreprise dans laquelle il exerce désormais la fonction d’acheteur immobilier.

Acheteur, un métier exigeant mais passionnant

Quand on demande à Victor pourquoi il a choisi les achats, sa réponse est immédiate : “pour la diversité du métier”. En effet, l’acheteur c’est pas seulement la personne qui négocie le meilleur contrat auprès de plusieurs prestataires.  L’acheteur, c’est la personne qui va recueillir le besoin auprès des opérationnels, rédiger le cahier des charges, faire de la veille, évaluer le marché fournisseurs, comparer plusieurs offres puis négocier. Son objectif ? Trouver le meilleur rapport qualité/coût/délai/innovation/RSE pour les différentes entités de son entreprise. 

La différence entre un bon et un mauvais acheteur ? Selon Victor, cela ne fait pas de doute : “Un bon acheteur c’est celui qui a compris que le relationnel et la curiosité seraient ses meilleurs atouts. Celui qui a une vision stratégique de l’entreprise, qui sait écouter le besoin des différentes parties prenantes au projet et qui fait le lien avec son marché fournisseur”.

L’ESAP, une école qui nous pousse à l’excellence

Lorsque l’on réalise les interviews de nos alumni, nous demandons toujours à nos anciens, de nous donner un conseil à destination des étudiants qui aimeraient suivre leur trace. Spontanément, Victor me confie “Honnêtement, je leur conseillerais de venir à l’ESAP”.  Je souris pensant qu’il s’agit d’une pointe d’humour mais il poursuit : “le vrai plus de cette école c’est que c'est réellement une école professionnalisante. Tout ce que j’apprenais en cours, je pouvais immédiatement le mettre en pratique dans mon alternance. Dès le Master 1, les enseignements étaient hypers concrets : on parlait des bonnes pratiques des achats, de techniques de stratégie ou encore d’analyse financière”.

Une insertion professionnelle facilitée

Qui dit formation professionnalisante, dit insertion facilitée. A la fin de sa formation, Victor, qui cherchait son premier emploi avait déjà 3 années d’alternance derrière lui. Il a donc directement pu prétendre à un poste d’acheteur. Une occasion qu’a su saisir l’entreprise dans laquelle il effectuait son apprentissage en lui proposant un poste au sein de la direction des achats.

Un discours assez homogène chez les acheteurs estampillés ESAP qui sont plus de 80% à être embauchés avant même d’avoir terminé leurs études.  Pour ce qui est du salaire moyen à l’entrée, Victor m’indique qu’en tant qu’acheteur junior on peut espérer gagner entre 2000 et 2500 euros net/mensuel.

Aujourd’hui Victor est acheteur immobilier pour LCL. Il s’occupe donc de tous les achats afférents à l’ouverture ou la réfection des agences par exemple. Et avec un parc d’agences implantées sur l’ensemble du territoire national, le peu que l’on puisse dire c’est qu’il y a de quoi s’occuper ! 

Ce qui lui plait le plus dans son métier ? La diversité de son quotidien. 

“On a beaucoup d'interactions avec nos prescripteurs, on suit l’exécution de nos achats sous forme de comités de pilotage avec les fournisseurs. Et puis, il nous arrive de gérer les éventuels conflits. Les achats c’est avant tout un métier de rencontre. J’aime particulièrement partir à la rencontre des fournisseurs, découvrir leur outil de production ou un savoir faire nouveau”.

“Mon conseil aux acheteurs en herbe ? Ne baissez jamais les bras” 

Victor le sait, l’orientation est un sujet stressant. Mais il est unanime : l’alternance est vraiment le meilleur des choix qu’il ait pu faire. Le rythme est dense, c’est vrai, mais il est largement compensé par la satisfaction de pouvoir appliquer concrètement tout le savoir théorique appris.

Vous souhaitez en savoir davantage sur Victor ou lui poser quelques questions ? Vous pouvez le contacter sur son site Linkedin.